Prévention d’une potentielle dérive

On publie ici le témoignage d’un jeune adolescent qui, comme beaucoup d’autres, nous avait contacté au sujet de sa consommation de pédopornographie. Il a écrit, corrigé et complété ce texte avec l’aide de Mme Bennari pour que son histoire soit connue et puisse aider d’autres personnes dans des situations similaires.

Bonjour,

au moment où j’écris cette lettre j’ai 15 ans. Je vais raconter précisément ce qui s’est passé depuis le début de mon escalade vers la pédopornographie.

À l’époque je devais avoir 11 ans. J’étais en train de regarder un forum sur un site de jeux vidéos extrêmement connu et très fréquenté. Tout allait bien, jusqu’à ce que je tombe sur un lien donné au hasard. Je me dis « Rien de bien méchant », sauf qu’en cherchant les jeux, à la place je tombe sur des images pornographiques homosexuelles. Au début je trouve cela dégoûtant, mais à force de regarder ma curiosité a fini par l’emporter et ces images provoquent en moi une certaine fascination. C’est à partir de là que la consultation de sites pornographiques a commencé et le besoin s’est ressenti.

Pendant 4 ans j’ai visionné ce type de contenu sans me rendre compte des conséquences à mon âge. Les contenus pornographiques devaient être toujours plus extraordinaires, sensationnels, jusqu’aux images les  plus violentes. Je me disais qu’il n’y avait rien de mal à tout ça, que c’était juste des fantasmes, que c’était bien différent de la réalité.

Mais à force de chercher les nouveautés, je suis tombé il y a trois mois sur la pédopornographie et là j’ai retrouvé une sorte de plaisir que j’ai déjà ressenti lorsque j’avais découvert la pornographie la première fois. J’ai donc commencé à rechercher cette fois les sites  pédopornographiques qui sont d’ailleurs faciles à trouver. Je suis resté encore accro à la pornographie adulte, mais mes recherches pour la pédopornographie se sont déroulées à de rares occasions. Il est vrai que mes rares recherches ne m’inquiétaient pas, sans prendre au sérieux  ma consommation car j’éprouvais toujours le besoin de la pornographie légale.

Mais doucement j’ai commencé à faire  des recherches intensives, sur des sites légaux et sur des sites qui l’étaient (ou du moins qui avaient l’air de l’être) beaucoup moins. Je n’ai réussi à en trouver que sur deux sites, les mineurs qui correspondent  à mon plaisir devaient avoir entre 11-12 et 18 ans. Mais  je me suis quand même satisfait une fois par l’image d’une fille en CP (chose dont j’ai infiniment honte). J’ai d’ailleurs téléchargé une image que j’ai effacée immédiatement même si l’adolescente était nudiste. À chaque fois, mon désir me poussait à me masturber devant ces vidéos, mais une fois que le plaisir s’estompait, je regrettais et me sentais trahi par moi-même.

J’ai bien compris que les enfants  qui sont dans ces vidéos sont victimes des criminels ou sont inconscients de ce qu’on leur demande de faire. Un sentiment de culpabilité me dominait. Moi qui me voulais bienfaiteur pour l’humanité, voilà à quoi j’en étais réduit.

Pour rigoler, Mes copains m’appellent pédophile parce que je fais des blagues sur le sujet même si  tout le monde les prend à la rigolade. Mais certains camarades trouvaient mes blagues osées, me demandaient parfois pour rire: « C’est vrai que tu aimes les petits? ». Je leur réponds non, et c’est aussi parce qu’en réalité, je ne ressens rien devant les vrais enfants. Mais cette expérience m’a fait douter de moi. Suis-je comme les hommes dont j’entends parler régulièrement? Suis-je comme ceux que je désapprouve? Suis-je un pédophile?

En prenant conscience que ce que je faisais était grave, j’ai cherché sur Internet des informations pour une aide, je suis tombé sur le site de l’Ange Bleu et compris que c’est l’endroit je pouvais trouver les réponses à mes questions et mes angoisses et des conseils pour arrêter d’être ce que je rejette.

J’ai appelé le numéro inscrit sur le site. C’est la présidente elle-même qui m’a répondu et écouté avant de me poser des questions. Et cela m’a permis d’être rassuré et de me détendre. Elle a su libérer ma conscience par rapport à mon abstinence et félicité pour l’appel. Elle a tout de même tenu à me mettre en garde par rapport aux risques de compromettre ma vie d’adulte outre les risques des poursuites judiciaires souvent destructrices.

Aujourd’hui j’ai décidé de rester un élève normal de seconde, concentré sur ses études, passionné de jeux vidéo et de garder l’esprit ouvert à tout le monde et à tout, même à la sexualité. Car pour moi il n’y a aucun tabou à raconter ce qui m’est arrivé. Cela ne m’empêche pas de mettre en garde et dire en insistant que : La pornographie, qu’elle soit pédopornographique ou non, reste extrêmement nocive particulièrement pour les enfants ou jeunes adolescents. Aujourd’hui je l’ai compris, nocive pour nous, mais aussi pour les enfants ou mineurs acteurs. Je sais qu’il existe des personnes de mon âge qui ont vécu ou qui vivent encore mon expérience et qui n’osent pas en parler. Je sais que d’autres ont du chercher de l’aide pendant des années jusqu’à l’arrivée de la police.

Je me demande ce que je serais devenu plus tard si je n’avais pas trouvé l’Ange Bleu. Or parler, c’est souvent le remède à tout les maux. C’est aussi le meilleur moyen de nous protéger, alors protégeons d’autres.

Je remercie Latifa de m’avoir libéré d’un long silence et sorti d’un secret.

L’avis et le mot de Latifa BENNARI

Ce courriel adressé par un adolescent de 15 ans à peine à l’association L’Ange Bleu illustre l’incohérence et les aberrations de mesures prises dans l’urgence et de manière irréfléchie en réaction à des cas médiatisés qui ne constituent que des cas isolés (et minoritaires) par rapport à l’ensemble de la population pédophile.

Elles vont à l’encontre du bon sens le plus élémentaire, et aboutissent à un corpus de lois inadaptées qui ne font qu’aggraver une situation pourtant déjà alarmante. Élaborées dans le secret des cabinets ministériels par des législateurs ignorants du problème et de ses ramifications complexes, sans concertation aucune avec les associations de terrain compétentes (et plus particulièrement sur le thème de la pédopornographie), elles ne font qu’alimenter un appareil répressif aveugle dénotant un manque de discernement de la part de nos responsables politiques qui pose pour le moins question.

Ce message est exemplaire de la réalité vécue par les consommateurs de pédopornographie sur lesquels il est urgent que la société pose un regard débarrassé du voile opaque des préjugés qui nous empêche de mettre en place des solutions adaptées au problème que la prolifération des images fixes et mobiles sur internet, si faciles d’accès, pose en termes de santé mentale.

Le profil de ce jeune garçon est représentatif de la majorité des pédophiles virtuels qui s’enferment insensiblement dans une addiction aux images pédopornographiques sans pour autant mesurer la gravité des conséquences qu’elle entraîne aussi bien pour les enfants exploités qui apparaissent sur ces supports que pour eux-mêmes.

Seul le sevrage et un accompagnement adapté des personnes peut y mettre fin et dans certains cas prévenir toute possibilité d’un passage à l’acte, sachant qu’il n’y a absolument aucun lien nécessaire de l’un à l’autre et qu’un consommateur ne se retrouvera que dans un nombre infime de cas amené à agresser des enfants.

Au contraire, le silence et le régime de la terreur (chasse à l’homme pratiquée dans les rangs du ministère de l’Éducation Nationale) imposés aux pédophiles (consommateurs de pédopornographie, pédophiles abstinents, sevrés et/ou repentis) ne font que renforcer l’isolement et la fragilité de ces derniers et par là même ne font qu’accroître le degré de dangerosité qu’ils pourraient éventuellement représenter pour la société et plus particulièrement pour nos enfants.

Nous avons le choix de continuer dans une voie que les faits eux-mêmes révèlent depuis longtemps (des dizaines d’années) être une impasse, ou réfléchir à mettre en place des moyens plus adaptés à la situation. Nous attendons désormais des femmes et des hommes politiques qui représentent la Nation française qu’ils prennent enfin leurs responsabilités et tirent la leçon de leur échec en développant une politique préventive à visage humain, mettant un terme au discours démagogique qu’il tienne face à une opinion publique versatile à des fins purement électoralistes, achevant d’appliquer systématiquement et à l’aveugle un principe de précaution dont l’usage abusif dénote une méconnaissance totale du problème qu’ils ont à résoudre.

Demande d’aide d’un consommateur de pédopornographie

Nous publions ici une demande d’aide très représentative de toutes celles qu’on reçoit chaque jour. L’auteur, T, a écrit de nouveau après six mois pour montrer combien le fait d’avoir pu être écouté et conseillé l’a affecté positivement.

Bonjour

Tout d’abord merci pour le combat que vous mener chaque jour auprès de votre
association.

Je vous suis depuis quelque temps j’ai vu un reportage sur LCP ou on parler
de vous, je vous ai entendu dans des émissions radios grâce au ponças et
j’ai parcouru votre site interne.
Je vous admire beaucoup pour tout ce que vous avez fait et que vous faite.

Voila je vais rester anonyme (je suis très paranoïaque à ce sujet j’ai trop
peur que mon mail soit intercepté) donc cette adresse mail c’est une boite
mail que je viens d’ouvrir et je ne ferai pas apparaître mon nom.

Je suis un jeune homme de 27 ans, j’habite en Normandie , ma vie sociale et
quasi nul, très peux d’amis et d’ amoureuses, je sort presque jamais le
soir, je suis timide, réserver, mal dans ma peau, trop gentil, travailleur
,je suis très proche de ma famille,  je vis encore chez ma mère car la
solitude me pèse beaucoup.

Voila je vous contacte car ma vie devient chaque jour un enfer de plus en
plus!

Je suis attire depuis l’âge de 17 ans environ par les petits garçons qui on
entre 7 et 12 ans juste avant leur puberté et je suis accros aux vidéos,
photos, dessin, pornographique que l’on peut télécharger ou visionner sur
des sites peux recommandables sur le net.

J’ai bien conscience que ce que je fais c’est très mal que, c’est terrible
pour toutes ces petits garçons innocents mais je n’arrive pas à me passer de
toute ses images, films ou de fantasmer sur elles quand je suis dans la rue
ou devant une école.

Je sais pas si ce n’est pas génétique mon grand père avait touché des
gamines, lui était passé a l’acte et mon oncle lui et trop bizarre et n’a
jamais eu de copine de sa vie.

J’ai souvent  envie de dire  « arrête » j’efface tout ce que j’ai de douteux
sur l’ordinateur je m’inscris sur un site de rencontre, j’essaye d’être
normal mais ça ne dure jamais je replonge je re télécharge je passe des
nuits des fois entières sur l’ordinateur, la tablette, ou même le Smartphone
a regarder ces fichier pédopornographiques.

Je suis très mal, à chaque fois que je navigue sur ces sites que je
télécharge je prends des risques j’ai beau avoir des logiciels pour
l’anonymat je suis jamais en sécurité. Si ma famille le découvrais sa serait
terrible! Puis mon filleul qui a 2 ans, quand il grandira dans 5 ans ?
Vais-je arriver à ne rien lui faire? Si ça se savait je ne le supporterai
pas je préfère encore me tirer une balle dans la tète. Tout les jours je vis
dans la crainte de voir arriver a la porte une équipe de policier ou une
lettre dans la boîte.

Je ne peux plus me voir dans une glace, je suis complètement paranoïaque,
je ne me supporte plus, je me dégoute, je ne dors plus, ça s’en ressent dans
mon travail j’en ai marre, je veux m’en sortir, je suis un grand addict.
J’ai fini par me rendre compte que fermer les yeux ou noyer le poisson ne
servirai a rien
Pourtant dans mon entourage tout le monde m’aime et me trouve des qualités
mais ils ne connaissent pas ma part d’ombre.

S’il vous plait Mme Bennari aidez-moi je veux plus être ce monstre, je ne
veux faire de mal a personne, je voudrais tant être comme tout le monde
heureux, avoir une vie saine et amoureuse.
Je n’ai pas vu sur votre site d’adresse de psychologues dans ma région.

Alors j’espère que vous me répondrez. Aujourd’hui j’ai encore fait le
nettoyage de mes disque durs, j’ose espère que ce sera la bonne avec votre
aide.

Vous pouvez me répondre a cette adresse ***********

Merci par avance.

T

Liste des thérapeutes

Un nombre croissant de psychologues, psychothérapeutes, psychiatres et psychanalystes nous ont fait part de leur volonté de s’associer à notre démarche d’écoute. Nous dressons ci-dessous la liste de tous ceux qui nous ont d’ores et déjà assurés de leur soutien et en qui nous reconnaissons la faculté de vous aider, suivant leurs compétences et capacités d’écoute. Nous tenons à les remercier vivement pour leur intérêt et leur implication.
* Si vous éprouvez le besoin de rencontrer un spécialiste dans votre région, vous pouvez contacter de notre part le plus proche d’entre eux figurant sur la liste ci-dessous.
(Cette liste sera régulièrement mise à jour).
* Par ailleurs, si vous êtes thérapeute et souhaitez nous proposer vos services, vous pouvez joindre Madame Bennari à l’adresse « contact@ange-bleu.com ». Vous serez les bienvenus.

Département 14

Michel Suard
Psychologue, thérapeute familial
Spécialisé pour le traitement des violences intrafamiliales (conjugales et sur enfants)
7, rue Léon Lecornu, 14000 Caen
06 08 55 92 79
02 31 44 47 63
suardatfs@wanadoo.fr
* Association de Thérapie Familiale Systémique (ATFS)

Département 30

Claire Dufour-Jaillet
Psychothérapeute transpersonnelle
Aiguebonne
30750 Lanuéjols
(+33)689 56 76 69
claire.dufour-jaillet@orange.fr
http://www.claire-dufour-jaillet.com
http://www.aiguebonne.com
http://www.prometra-france.org

Département 37

Louboff François
Psychiatre, Psychothérapeute, praticien EMDR
7, rue Moreau Chaumier, 37550 Saint-Avertin
02 47 25 84 07
dr.francoislouboff@gmail.com

Département 38

Anaïs DEYIRMENDJIAN
Psychologue Clinicienne / Neuropsychologue
Pôle Santé Les Bruyères
135 Rue des Noyers, 38300 Meyrié
07 82 46 71 04
anapsy.contact@gmail.com
http://ana40090.wixsite.com/psy38

Gichardon Gérard
Psychothérapeute, Psychopraticien Certifié PsY en mouvement (Fédération des professionnels de la psychothérapie), groupes et séances individuelles
1101 Route Départementale 75
38460 CREMIEU / Villemoirieu
Tél : 04.74.80.73.98 / 06.75.54.24.76
courriel : gerard.guichardon@psy-en-mouvement.fr
Site : http://www.psy38.com/
Trésorier de la Fédération Professionnelle « PsY en mouvement » – Délégué National – Membre de la commission de « Certification »
http://www.psy-en-mouvement.com/

Département 44

EGURBIDE Philippe
Praticien en psychothérapie : séances individuelles, groupe
Méthode de référence : Analyse Psycho-Organique
126 route de Vannes
44100 Nantes
06.68.19.49.15
Site : psy.egurbide.free.fr
Courriel : pheg1@free.fr

Département 69

Norma BERNARD
Psychopraticienne formée en AT
Psychothérapie : thérapies individuelles
(Adultes, couple, familles)
48, Chemin des Fonts, 69110 Sainte Foy Lès Lyon
P: 06 99 46 68 71
normabernard2@aol.com

Sonia BENZEMMA
Psychologue clinicienne
Publics : Enfants-Adolescents-Adultes
Psychothérapies individuelles et groupales
Psychothérapies familiales (victimes et auteurs)
11 RUE DES AQUEDUCS
69005 LYON
TEL: 06.22.58.39.25
E-mail: sonia_benzemma@hotmail.fr

Ana Molenda
Psychologue clinicienne et psychothérapeute
Cabinet de consultation – Pôle Santé du Valvert
50 rue Paul Santy – 69130 Ecully
0658959278
anamolenda.psychologue@gmail.com

Département 75

Ducène Christine
Psychothérapie analytique individuelle ou en groupe (Enfants, adolescents, adultes).
18, rue Pinel – 75013 Paris
(M° Campo-Formio ou Nationale)
P: 06 32 25 88 01
cducene@yahoo.fr

Louka Jean-Michel
Psychanalyste
74, rue Dunois, 75013 Paris
P: 06 81 25 48 56
jmlouka@orange.fr
www.louka.eu

Delaval Anna
Psychologue clinicienne, psychothérapeute, sexologue, praticienne EMDR
16, rue Vandrezanne, Tour Jade, 75013 Paris
06 70 57 96 52
annadelaval@free.fr
(NOTE: ne prend en charge que les victimes)

Evelyne Dillenseger
Sexologue, Thérapeute de Couple et Psychanalyste
90 Bd Saint Germain
75005 Paris
06 74 43 20 54
evelyne.dillenseger@gmail.com

Département 77

Ducène Christine
Psychothérapie analytique individuelle ou en groupe (Enfants, adolescents, adultes).
P: 06 32 25 88 01
cducene@yahoo.fr

Département 78

Marie-Willye Attely-Vol
Docteur en Sciences Humaines, Psycho-Praticienne, Formatrice, Coach
9 rue Caillou Mérard, 78400 Chatou
06 63 94 75 32
mariewillye@aol.com

Département 82

Winkel Jean-Claude
Psychanalyste corporel
D55 rue de Grandselve, Lieu-dit Bernadet, 82600 Bouillac
P: 06 16 79 32 43
jc.winkel@orange.fr
* Site
* Institut de Psychanalyse Corporelle

Département 91

Arnaud George psychanalyste (membre de la FF2P)
Spécialisé en analyse existentielle et logothérapie
Consultant en criminologie et victimologie
9 Chemin de chilly (Bât A)
91160 Champlan
Tél : 06 65 65 57 21
Site internet du cabinet de Champlan : https://arnaudgeorgepsy.jimdo.com/

Département 93

Lanord Laurent
Sexologue
0619729463
0323979316
laurentlanord@gmail.com

Département 95

Nadia EL BOUGA
Sexologue Clinicienne, Thérapie conjugale
3 rue Edith Piaf
95140 Garges les Gonesse
nadiaelbouga@gmail.com
* Site

Luxembourg

Charlotte Bissieux-Stehelin
Psychothérapeute
(Membre de la FF2P (fédération française de psychothérapie et de psychanalyse) et de l’AETPR (association européenne des thérapeutes psycho-corporels))
32 rue Jean-Pierre Brasseur, L-1258 Luxembourg
T: +(352) 691 22 26 28
charlottebissieux@yahoo.com

Suisse

Chatton Dominique
Psychiatre, psychothérapeute, sexologue
28, rue de Genève, 1225 Chêne-Bourg
T: 00(41) 22 860 95 91
F: 00(41) 22 860 95 90
dchatton@hin.ch
* Site

Jaffé Philippe
Psychologue, psychothérapeute
5, avenue du Mail, 1205 Genève
T: 00(41) 22 321 95 00
F: 00(41) 22 321 96 24
philippe.jaffe@pse.unige.ch

Sur internet

Orroz
Lutte contre l’addiction à la pornographie
orroz@orroz.net
* Site

Un père en prison cherche la rédemption

BP                                                                                            avril 2015

Cellule nn, Centre de Détention X

 

[ndr : nous avons choisi de ne pas corriger le document pour en préserver l’authenticité]

Bonjours, Association L’Ange Bleu

 

Je vous écris suite à l’émission que jais regardé sur TF1 sur votre association qui ma beaucoup apporté sur ma vision que j’ais de moi. Je suis en prison pour des faits d’attouchements sur mineurs de moin de 16 ans, qui était ma fille, ce que je regrette amerment, croyez moi.

J’ais écris ma biographie avec biensur le déroulement des faits qui mon amené à être emprisonné depuis trois ans, j’accepte ma condanation, j’ais été condamné à huit ans ce que je trouve normal, j’ais voulu être arrêter pour mon crime, car je n’avais jamais penser que étant moi même passé par là, je le ferais subir à ma fille, dans mon coeur je pense que je suis un monstre sur le chemin de la redambtion et que j’aimerais temoinier de tout le mal que j’ais fais à ma victime, mais aussi aux personnes qui vous entoure, car eux aussi souffre, j’ais perdu toutes ma familles, plus personnes ne veut me voir ou entendre parler de moi, mais je les comprends et leurs pardonnes toutes les paroles désagréable qu’ils ont pu dire le jour de mon procès, car quand vous entender vos fils vous dire qu’ils préférais que vous crêvier, et qu’il pisseraient sur ma tombe, c’est une phrase que malheureusement je n’oublierais jamais de ma vie.

Croyez moi je souffre énormement du mal que j’ais fais, je n’arrive plus à me regarder dans une glace, car l’image qui en ressort est celle d’un père déchu.

Je sais une chose, c’est que aujourd’hui je suis passé d’un père model, à la nomination d’agresseur et violeur sur mineur de moin de 15 ans. Je regrette vraiment d’avoir fait du mal à ma fille que j’ais détruite pour la vie, je pense souvent à elle, mais on ma enlever mon autorité parental ce que je comprend, mais aurais aimer pouvoir avoir le droit simplement de lui écrire pour prendre de ses nouvelles, ce qui me rendrais la prison plus surportable.

J’aurais aimer lire votre livre car il m’intéresse, je le commanderais en cantine exeptionnel, je ne sais pas si je l’aurais, mais je vais essayer, car pour moi c’est très important de pouvoir lire votre livre. J’espère pouvoir éditer mon livre aussi pour témoinier, pour que les victimes d’agressions sexuelles sage que cértain détenus regrette vraiment ce qu’ils ont faient subir à leurs victimes.

J’écris beaucoup de poèsie, pour exorciser les démons que j’ais u en moi, et faire pénitence envers toutes les victimes de cruauter que nous avons faient subir à toutes ses victimes.

J’espère que vous pourriez me répondre à mon courrier, car je vous écris car je suis traiter par le docteur psychiatre Mme R. E. qui vous à rencontré, car elle s’occupe de aussi d’association. Elle ma encourrager pour que je vous écrive, mais de moi même déjà j’avais l’envie de vous contacter car pour moi, c’est très important, et je vous respecte avec beaucoup sincériter car heureusement qu’il y a des association comme la votre pour que les victimes puisse se refugier chez vous et qu’ils y a des personnes qu’ils puissent les écouter et surtout les aider pour se reconstruire dans leurs vies. Merci à vous, de tout le bien fait que vous leurs procurez du bien être et des soins qu’ils ont besoins.

Je suis désoler d’avoir fait se crime qui m’anéanti tous les jours, j’aurais aimer mettre fin à ma vie pour le crime que j’ais fais.

Voilà je pense avoir de vos nouvelles assez vite de vous, merci pour toutes ses victimes merci.

Veuillez recevoir mes salutations distinguées et sincères et Cordiale.

 

BP

(PS voudriez bien me redonner votre titre de livre pour que je puisse le commander merci)

 

1 2 3